fbpx

8 sources de perturbateurs endocriniens que l’on utilise au quotidien

perturbateurs endocriniens Maroc

Les perturbateurs endocriniens sont des substances chimiques connues pour interférer avec le développement et la reproduction, et pour avoir de graves effets secondaires neurologiques et immunitaires.

Les perturbations sont dues au fait que ces substances chimiques imitent les actions des hormones dans votre corps, notamment des œstrogènes (hormones sexuelles femelles), des androgènes (hormones sexuelles mâles) et des hormones thyroïdiennes.

Les perturbateurs endocriniens peuvent bloquer les signaux hormonaux dans votre corps ou interférer avec la façon dont les hormones ou les récepteurs sont fabriqués ou contrôlés.

Les substances chimiques peuvent altérer vos niveaux normaux d’hormones, ou changer la façon dont ces hormones circulent dans votre corps. Comme l’a souligné le NRDC (Natural Resources Defense Council) :

“Le système endocrinien est un réseau complexe de glandes et d’hormones qui régule de nombreuses fonctions du corps, notamment la croissance, le développement et la maturation, ainsi que le fonctionnement de nombreux organes.

Les glandes endocrines – comprenant la glande pituitaire, la thyroïde, la glande surrénale, le thymus, le pancréas, les ovaires et les testicules – libèrent dans le sang des quantités d’hormones mesurées avec précision, qui agissent comme des messagers chimiques naturels, circulant dans différentes parties du corps afin de contrôler et d’ajuster de nombreuses fonctions vitales.”

Comme vous pouvez l’imaginer, altérer ces systèmes de précision revient à jouer avec le feu, mais cela peut pourtant arriver quotidiennement, lorsque vous utilisez vos produits « courants ». Ce qui rend les perturbateurs endocriniens si dangereux, entre autres, est le fait qu’ils soient omniprésents et que la plupart d’entre nous soient exposés quotidiennement à plusieurs de ces substances.

Les perturbateurs endocriniens sont associés au cancer, au TDAH, etc.
De nombreux problèmes de santé sont associés à l’exposition à ces substances chimiques omniprésentes, notamment :

– Les testicules qui ne descendent pas chez les jeunes garçons
– Des effets sur le développement du système nerveux chez les enfants
– Le cancer de la prostate chez les hommes
– Effets sur le développement du système nerveux chez les enfants
– Trouble de déficit de l’attention avec hyperactivité (TDAH) chez l’enfant
– Cancer de la thyroïde

Les enfants et les femmes enceintes sont les plus exposés mais les dommages peuvent apparaître des dizaines d’années plus tard
Les plus gros risques semblent provenir d’une exposition au cours du développement prénatal ou post-natal précoce, c’est-à-dire au moment de la formation des organes et des circuits neuronaux.

Certains des effets n’apparaissent toutefois que des dizaines d’années plus tard, et on suggère de plus en plus que de nombreuses maladies de l’adulte auraient des origines fœtales.

L’un des exemples les plus inquiétants vient du diéthylstilbestrol (DES), un médicament à base d’œstrogènes synthétiques qui était largement prescrit aux femmes enceintes avant les années 1970, pour prévenir les fausses couches et favoriser la croissance fœtale.

Ce perturbateur endocrinien s’est révélé incroyablement dangereux et a entraîné des problèmes de développement des organes reproducteurs et des cancers du vagin apparus après la puberté.

Et il n’y a pas que l’homme qui soit affecté. On trouve des perturbateurs endocriniens en grandes quantités dans l’eau, l’air et la nourriture, et la faune sauvage est donc également menacée.

On a découvert chez des poissons des Grands Lacs des problèmes du système reproducteur et un gonflement anormal de la glande thyroïde, dus à des perturbateurs endocriniens, les biphényles polychlorés (BPC).

Le nombre d’alligators dans une région de Floride a diminué de façon drastique après qu’un déversement de pesticides ait provoqué une réduction des organes reproducteurs et empêché leur reproduction. Tant les alligators que leurs œufs étaient contaminés par des produits chimiques perturbateurs endocriniens.

8 sources courantes de perturbateurs endocriniens
Epoch Times a récemment établi une liste de 10 sources courantes de perturbateurs endocriniens, et de ce qu’il est possible de faire pour les éviter.

Produits d’hygiène corporelle

Le shampoing, l’après-shampoing, les laits hydratants, le maquillage et autres produits d’hygiène contiennent souvent des perturbateurs endocriniens, notamment (mais pas uniquement) des phtalates. Les phtalates sont un groupe de substances chimiques qui influent sur le sexe et poussent des mâles de nombreuses espèces à se transformer en femelles.

Ces produits chimiques ont perturbé le système endocrinien de la faune sauvage, provoquant des cancers des testicules, des malformations génitales, une faible numération des spermatozoïdes, et la stérilité chez de nombreuses espèces, notamment chez les ours polaires, les cerfs, les baleines et les loutres, pour n’en citer que quelques-unes.

On trouve même du triclosan, un autre perturbateur endocrinien, dans certaines marques de dentifrice. L’utilisation de produits d’hygiène naturels et/ou faits maison vous aidera à éviter ces expositions. Vous pouvez également essayer de diminuer le nombre de produits que vous utilisez chaque jour.

L’eau potable

Votre eau peut être contaminée par de l’atrazine, de l’arsenic et du perchlorate, qui sont tous susceptibles de perturber votre système endocrinien. Filtrer votre eau du robinet et votre eau sanitaire au moyen d’un système de filtration de haute qualité peut protéger votre famille.

Les conserves

Une analyse de 252 marques d’aliments en conserves a déterminé que 78 utilisaient encore du bisphénol-A (BPA) dans leurs conserves, bien qu’il s’agisse d’un perturbateur endocrinien reconnu. Le BPA est associé à de nombreux problèmes de santé, en particulier chez les femmes enceintes, les fœtus et les jeunes enfants, mais également chez les adultes comme l’hyperactivité, augmentation de l’agressivité, et perturbation de l’apprentissage, des dommages structurels du cerveau, des changements dans les comportements sexospécifiques et comportements sexuels anormaux…

Fruits et légumes cultivés de façon conventionnelle

Les pesticides, herbicides et les rejets industriels, sont susceptibles de contaminer aux perturbateurs endocriniens les fruits et légumes, cultivés de façon conventionnelle. Achetez et consommez autant que possible des produits bio et fermiers, afin de réduire votre exposition aux pesticides et engrais perturbateurs endocriniens.

Poisson riche en mercure

Les poissons contaminés au mercure et autres métaux lourds posent problème car ces métaux perturbent également l’équilibre hormonal. Le requin, le poisson scie, le maquereau royal, le marlin et le malacanthidae sont parmi les pires coupables, mais on a découvert que même le thon est dangereusement contaminé.

Il vaut mieux éviter aussi le poisson d’élevage qui sont généralement lourdement contaminés aussi. Préférez les petits poissons comme les sardines, les anchois et les harengs qui sont généralement moins contaminés et plus riches en acides gras oméga-3.

Les ustensiles de cuisine

Les récipients en plastique et les casseroles antiadhésives que l’on trouve couramment dans les cuisines, représentent un autre type de danger. Les récipients en plastique risquent de contenir des BPA ou d’autres perturbateurs endocriniens qui peuvent contaminer les aliments, en particulier si le plastique est chauffé.

Les substances poly- et perfluoralkyles (PFAS) utilisées pour la fabrication de surfaces antiadhésives, résistantes aux taches et hydrophobes, sont également toxiques et très persistantes, tant dans le corps que dans l’environnement.

Lorsqu’ils sont chauffés, les ustensiles de cuisine antiadhésifs libèrent de l’acide perfluorooctanoïque (APFO), associé à des maladies de la glande thyroïde, à la stérilité et à des problèmes de développement et de reproduction. La vaisselle en inox, en fonte émaillée est un choix plus sûr, les deux étant durables, faciles à nettoyer (même les fonds de casseroles les plus brûlés se nettoient facilement après un trempage dans l’eau chaude), et complètement inertes, c’est à dire qu’elles ne libèrent pas de substances nocives.

Produits ménagers

Les produits que l’on trouve dans le commerce, destinés à nettoyer les sols, les toilettes, le four, les vitres, etc… contiennent généralement des produits chimiques industriels qui peuvent chambouler vos hormones. Les nonylphénols éthoxylés (NPE), des ingrédients courants dans les lessives et produits ménagers multi-usages, sont interdits en Europe et connus pour être de puissants perturbateurs endocriniens, qui transforment les poissons mâles en femelles. Il est étonnamment simple de fabriquer vos propres produits ménagers en utilisant différentes combinaisons de vinaigre, bicarbonate de soude, huiles essentielles et même d’huile de noix de coco.

Fournitures de bureau

Les cartouches d’encre, le toner et autres solvants courants dans les bureaux sont une source courante de perturbateurs endocriniens. Manipulez ces produits avec précaution et minimisez votre exposition autant que possible.

Laisser un commentaire